• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

L'Anses publie son rapport sur les risques pour la santé humaine liés au bisphénol A

Deux ans après son premier rapport sur les dangers du bisphénol A (BPA), l’Anses a publié le 9 mars 2013 un nouveau rapport sur l’évaluation du risque pour la santé humaine d’une exposition au BPA.

BIBERON . © MAITRE Christophe
Mis à jour le 17/04/2013
Publié le 12/04/2013

Deux ans après son premier rapport sur les dangers du bisphénol A (BPA), l’Anses a publié le 9 mars 2013 un nouveau rapport sur l’évaluation du risque pour la santé humaine d’une exposition au BPA.L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié le 9 mars 2013 un nouveau rapport sur l’évaluation du risque pour la santé humaine d’une exposition au bisphénol A (BPA). Cet avis indique que le BPA présente des risques potentiels pour la santé, même à faibles doses, en particulier chez la femme enceinte. Il mentionne que l’alimentation contribue pour 84 % à l’exposition au BPA des femmes enceintes.

Parallèlement à cet avis sur le BPA, l’Anses a également examiné les données relatives aux autres bisphénols qui sont d’éventuels candidats au remplacement du BPA par des produits de substitution, ainsi qu’au bisphénol A diglycidyl ether (BADGE).

L’ensemble de ces documents est le fruit d'une expertise collective pluridisciplinaire, réalisée par un groupe de travail spécifiquement dédié aux perturbateurs endocriniens reprotoxiques. Leur rédaction a également bénéficié de l’appui de plusieurs collectifs d’experts de l'Anses.

Trois chercheurs de l'UMR 1331 Toxalim (INRA-INPT/ENVT), Jean-Pierre Cravedi, Martine Kolf-Clauw et Catherine Viguié, ont participé à cette expertise.

Les documents de l'Anses sont disponibles au téléchargement, ci-dessous ou sur le site de l'Anses :

 L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) devrait donner un avis sur les perturbateurs endocriniens (PE) à l’automne. L’Anses espère une révision critique des doses journalières tolérables (DJT) fixées par l’EFSA.

Les travaux de recherche menés par plusieurs équipes de Toxalim ont largement contribué à la production d'un corpus de connaissances pris en compte dans cette évaluation*.

Voir aussi

*Travaux de Toxalim cités dans le rapport: