• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Sélection ovine et caprine : retour sur une rencontre fructueuse entre acteurs de l’élevage et de la recherche 

Afin d’identifier les préoccupations et les attentes des éleveurs, l’équipe GeSPR (Génétique Sélection des Petits Ruminants) de l’UMR GenPhySE (Génétique, Physiologie et Systèmes d’élevage) a organisé un séminaire au cœur d’un bassin d’élevage ovin dans le Pays Basque. Retours sur cette rencontre…

CAPGENES. © Inra, CAPGENES
Mis à jour le 12/07/2017
Publié le 23/06/2017

Professionnels de l’élevage et de la sélection génétique animale1 se sont rencontrés lors de ce séminaire sur les petits ruminants (ovins, caprins). Échanges, partage de connaissances et concertation ont permis à l’ensemble des acteurs présents d’identifier collectivement les critères d’avenir pour améliorer l’efficacité et la résilience de ses animaux. 

Pendant deux jours, près de 90 personnes (venant de l’Inra, de l’institut de l’élevage, des organismes de sélection, d’élevages) se sont ainsi rassemblées autour de trois tables rondes thématiques portant sur :

  • les systèmes d’élevage,
  • les critères de sélection des animaux
  • les outils de la sélection

Les acteurs de la sélection génétique et génomique. © Inra
Les acteurs de la sélection génétique et génomique © Inra

Les échanges se sont poursuivis le deuxième jour, lors d'un visite chez deux éleveurs de brebis laitières du pays basques de race Manech. À l’issue du séminaire une enquête a permis d’affiner encore davantage les besoins des participants.

De cette démarche originale de concertation a émergé des résultats et un cap fort qui mettent la société et les éleveurs d’accord : les petits ruminants devront demain êtreautonomes, résistants aux maladies et adaptés à leur environnement de production et aux variations de ce dernier.

Cette rencontre ouvre donc la voie à de nouvelles perspectives dans le domaine de la sélection et permet d’alimenter le travail autour du projet européen Horizon 2020 ; SMARTER (Small RuminanTs breeding for Efficiency and Resilience) qui pourrait voir le jour en 2018.

1Institut de l’Elevage, France Conseil Elevage, FEDATEST, CORAM, UPRA lacaune, Ecole Nationale Vétérinaire Toulouse, Capgenes, Ovitest, Gis ID64, GEODE, ARAL, MC, Mouton vendéen, CapAvenir, Touraine Conseil Elevage, CNBL, OS Romane, Races Ovines des Massifs, Roquefort

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage, Génétique animale

En savoir plus

SMARTER (Small RuminanTs breeding for Efficiency and Resilience) : un projet Européen en cours d’évaluation

En collaboration avec 25 partenaires académiques et non académiques originaires de 12 pays, il vise à :

  • Identifier des critères chez les ovins et caprins qui mesurent l’efficacité d’utilisation des ressources alimentaires disponibles et la capacité d’adaptation des animaux aux variations de leur milieu de vie (sécheresse, maladies, sous-nutrition…)
  • proposer des stratégies technologiques et innovantes de sélection pour des animaux efficaces et adaptés à leur milieu d’élevage tout en gérant la diversité au sein des races
  • proposer un animal capable de s’adapter génétiquement aux changements et de maintenir une production dans différents systèmes incluant les productions en agriculture biologique et dans des environnements variables

Des avantages de la sélection génomique

L’arrivée d’outils de séquençage et génotypage haut débit de l’ADN dédiés aux ovins permet aux éleveurs ovins de bénéficier de la « révolution génomique ».

La sélection génomique permet de prédire, dès sa naissance et avec une bonne fiabilité,  la valeur génétique d’un reproducteur, c’est à dire leur capacité à répondre, ou non, aux objectifs de sélection fixés.

  • Aujourd’hui, en plus, de cette sélection dite « classique », plusieurs races utilisent la sélection génomique puisqu’elle permet :un progrès génétique plus important et offre ainsi la possibilité de sélectionner de nouveaux caractères
  • des valeurs génétiques pour chaque individu plus précises
  • de sélectionner des caractères difficiles à mesurer
  • de mieux gérer la diversité génétique