• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Un nouvel outil pour réguler l’utilisation d’eau par les agriculteurs

L'utilisation rationnelle de l'eau est un enjeu important pour la Politique Agricole Commune (PAC) européenne. Des chercheurs de l’Inra, de la Toulouse School of Economics – Research (TSE-R) et du Centre en Économie de l’Environnement de Montpellier (CEEM), ont testé un dispositif incitatif de comparaison sociale appartenant à la famille des nudges* pouvant promouvoir des comportements économes en eau. Leurs travaux viennent de paraître dans European Review of Agricultural Economics.

Nudge
Publié le 12/06/2019

Le secteur de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche représente 51,4% du total de l’eau consommée dans l’Union européenne. La consommation de cette ressource rare peut générer des conflits d’usage, alors que les problèmes de pénurie devraient encore s’accentuer avec le changement climatique. Pour y répondre, plusieurs instruments ont été mobilisés jusqu'à présent par la puissance publique : l'éco-conditionnalité, les paiements pour service environnemental ou encore le soutien aux investissements dans les technologies économes en eau.

Dans le cadre du projet C4EAU (« Compteurs d’eau Communicants et Changement de Comportement des irrigants pour une gestion durable des ressources en EAU), des économistes de TSE-R et du CEEM ont étudié l’efficacité d’un nouveau type d’instrument qui pourrait venir compléter les outils existants : les nudges.

Ce terme signifiant « coupe de pouce » désigne un instrument simple et peu coûteux qui modifie le comportement des individus d’une manière prévisible, sans créer d’interdictions. Les nudges utilisent des modifications subtiles des contextes de décision pour déclencher des comportements « bénéfiques » sans modifier les incitations monétaires. Jusqu’alors, ce concept était peu utilisé dans un contexte de modification de pratiques agricoles. Les chercheurs ont étudié l’influence d’un dispositif informatif, basé sur l’utilisation de compteurs intelligents, sur la consommation d’eau des agriculteurs.

Un essai a été mis en œuvre en 2017 en partenariat avec la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG), en charge de l’infrastructure d’irrigation dans le bassin de la rivière la Neste dans le Sud-Ouest de la France. Dans cette zone, sont cultivés de nombreux hectares de maïs irrigué et, plus récemment, de soja. En raison des conditions météorologiques dominantes, la rentabilité de la production de ces cultures dépend en grande partie de l’accès à l’eau. Ces dernières années, la récurrence croissante des sécheresses et l’émergence de contraintes environnementales ont exigé l’adoption de pratiques agricoles économes en eau. Avec cette expérimentation, chaque semaine, des informations sur la consommation d'eau individuelle et collective ont été envoyées à un échantillon d’agriculteurs équipés de compteurs d’eau intelligents. Ceux-ci associés à une plateforme de SMS automatisée ont permis d’envoyer à moindre coût des messages hebdomadaires aux agriculteurs contenant des informations sur leur propre utilisation de l’eau ainsi que celle de leurs voisins.

Bien qu'aucun effet significatif du nudge sur la consommation moyenne d'eau n'ait été documenté, l'équipe de recherche a démontré que le dispositif diminuait la consommation d'eau des gros consommateurs avec cependant un effet négatif (aussi appelé « boomerang » ou « pervers ») sur les non-consommateurs d’eau. Cela suggère que les nudges dits « de comparaison sociale » peuvent être efficaces pour influencer le comportement de ceux qui irriguent le plus et qui sont a priori plus susceptibles de gaspiller l’eau. Comme c’est le cas dans de nombreuses études empiriques, les résultats obtenus sont dans une certaine mesure spécifiques à l’échantillon ainsi qu’à la période analysée. Néanmoins ces résultats sont encourageants pour expérimenter cet outil à d’autres situations et agriculteurs.

Le projet C4EAU (« Compteurs d’eau Communicants et Changement de Comportement des irrigants pour une gestion durable des ressources en EAU) est financé par la Région Occitanie dans le cadre de son appel à projets Recherches et Société(s) 2017 à hauteur de 210,099€. C4EAU est porté par deux laboratoires (TSE-R à Toulouse et le CEE-M à Montpellier), et deux entreprises partenaires (CACG et INTEGRA-METERING).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Sciences sociales, agriculture et alimentation, espace et environnement

Référence de publication

Chabé-Ferret, S, P. Le Coent, A. Reynaud, J. Subervie and D. Lepercq. “Can We Nudge Farmers Into Saving Water? Evidence from a randomized experiment”. European Review of Agricultural Economics. https://doi.org/10.1093/erae/jbz022