• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Trois doctorants Inra Occitanie-Toulouse sélectionnés pour la finale régionale du concours « Ma thèse en 180 secondes » !

Gaëlle Lebrun du Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés (LISBP), Julien Quenon du Laboratoire Agrocécologie – Innovations – Territoires (AGIR) et Manon Ruffini de l’unité de Mathématiques et Informatique Appliquées Toulouse (MIAT) ont participé ce lundi 25 mars 2019 au théâtre Sorano, à la finale régionale du concours MT180. Leur projet de recherche, présenté en 3 minutes, avait convaincu le jury.

MT180
Mis à jour le 10/04/2019
Publié le 20/03/2019

Depuis maintenant six années, le concours de vulgarisation scientifique « Ma thèse en 180 secondes » lance un défi aux doctorants : expliquer leur sujet de recherche en français à l’attention du grand public, de la façon la plus simple possible, en seulement trois minutes.

Cette sixième édition est co-organisée par l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées et la délégation CNRS Occitanie Ouest.

Gaëlle Lebrun, Julien Quenon et Manon Ruffini ont défendu leur thèse à la finale régionale Midi-Pyrénées le lundi 25 mars 2019 au théâtre Sorano de Toulouse.

Gaëlle Lebrun. © Inra
Gaëlle Lebrun © Inra

Gaëlle Lebrun : Doctorante MEGEP (Mécanique, Energétique, Génie civil & Procédés) au sein du LISBP (CNRS-INRA-INSA Toulouse).

Résumé de sa thèse : L’aération des bassins de station d’épuration par injection d’air est une étape clé car l’oxygène ainsi dissous dans l’eau est nécessaire pour la survie des bactéries responsables de la dégradation des polluants. Parmi ces polluants, certains, appelés tensioactifs, s’adsorbent à la surface des bulles et empêche ainsi l’oxygène de se dissoudre dans l’eau. L’objectif de ma thèse est d’utiliser des techniques de visualisation pour comprendre ces phénomènes d’interface : comment ces tensioactifs s’organisent à l’interface et quel est l’inhibition de transfert de l’oxygène qui en résulte ?

  • Sur l’évolution des pratiques de configuration du troupeau : gestion de la reproduction, du renouvellement et de la réforme
  • Sur l’évolution des performances zootechniques du troupeau : production de lait, reproduction, santé.

Manon Ruffini. © Inra
Manon Ruffini © Inra

Manon Ruffini : Doctorante EDMITT (Ecole Doctorale Mathématiques, Informatique, Télécommunications de Toulouse) au sein du laboratoire MIAT (INRA).

Résumé de sa thèse : L’intelligence artificielle permet la résolution efficace de casse-têtes de plus en plus difficiles. Elle est alors mise au service de biologie, pour faciliter la conception de protéines aux fonctions nouvelles et aux propriétés améliorées. Même si la résolution des problèmes de design de protéines est exacte, la modélisation de ces problèmes est approximative, et certaines propriétés ne peuvent pas être représentées. Ainsi, nous travaillons à la mise à disposition non pas d’une unique solution mais d’un ensemble de solutions, toutes de bonne qualité et suffisamment différentes les unes des autres, pour permettre une exploration plus complète de l’espace de recherche.

Contact(s)
Contact :
Ecole doctorale