• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

L’Inra condamne les agissements d’activistes sur son site d’Auzeville

Un groupe d’activistes s’est introduit par effraction sur le site Inra d’Auzeville dans l’après-midi du dimanche 21 mai ainsi que dans deux des bâtiments du site hébergeant un élevage cunicole. Les préjudices occasionnés concernent la dégradation et la destruction de biens matériels (portail forcé, clôture découpée, portes fracturées, jets de peintures) et, le vol d’une vingtaine de lapines. Des dégâts immatériels sont également à déplorer du fait de l’interruption des études scientifiques en cours. Une évaluation plus précise de l’ensemble de ces dégâts est en cours. L’Inra a déposé une plainte pour effraction, dégradations et vols.

logo inra. © Inra
Mis à jour le 23/05/2017
Publié le 23/05/2017
Mots-clés :

Communiqué de presse régional : Toulouse, le 22 mai 2017

Les études scientifiques menées dans les installations visées portaient sur l’alimentation des lapins et plus particulièrement sur les liens entre alimentation, santé et microbiote digestif.  Elles nécessitaient des mesures de la ration alimentaire, des pesées d’animaux et des analyses des fecès.  Ces travaux, financés pour partie par l’Institut Carnot France Futur Élevage, faisaient l’objet d’un travail de thèse. Les lapines en parfaite santé étaient élevées dans des cages individuelles conformes à la législation en vigueur. Les personnels intervenant sur les animaux sont expérimentés et habilités pour réaliser ces études. Ils respectent scrupuleusement les préconisations requises en terme de manipulation des animaux et de respect du bien-être animal. Les installations cunicoles bénéficient d’un agrément délivré par la préfecture de Haute Garonne.

Les études menées sur le centre Inra Occitanie-Toulouse en matière de cuniculture, portent sur la santé, la nutrition, le bien-être et les systèmes d’élevage. Les programmes de recherche visent d’une part à mieux connaitre la relation entre nutrition et fonctionnement du système digestif, d’autre part à concevoir des systèmes d’élevage innovants et plus durables (phytothérapie préventive, réduction d’utilisation d’antibiotiques).

Au-delà des dommages scientifiques subis, les équipes concernées déplorent les gestes inadaptés des activistes pour manipuler les animaux pendant leur intervention. Ils craignent que cet évènement soit préjudiciable à la santé et au bien-être des lapines. Par ailleurs, ce vol peut mettre en péril la survie de ces femelles gestantes (notamment en raison du changement brusque de leur alimentation), et des lapereaux qu’elles vont faire naitre dans des conditions incertaines.

Au regard des infractions commises de manière volontaire par ce groupe d’individus, le droit de la recherche publique à mener, dans le respect strict du cadre règlementaire, des travaux scientifiques d’intérêt général doit être réaffirmé aujourd’hui.

S’il n’appartient pas aux chercheurs de décider des choix sociétaux comme individuels, il n’en reste pas moins que deux missions incombent à la recherche, au-delà de sa vocation exploratoire première : produire et diffuser des connaissances utiles à la décision publique ; contribuer à l’innovation pour relever les défis sociétaux identifiés collectivement et soutenir la durabilité des systèmes de production.

Télécharger le communiqué de presse

Contact presse :

Service communication Inra Occitanie-Toulouse
presse-toulouse@inra.fr
Tél. : 06.31.71.19.07
Tél. :  06.16.11.34.86