• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Lancement du consortium international en génomique du tournesol

Le consortium international en génomique du tournesol (ICSG, International Consortium on Sunflower Genomics) coordonné par l’Inra Occitanie-Toulouse, réunissant la France, le Canada, les Etats-Unis et l’Israël, ainsi que 8 partenaires privés, est lancé pour une durée de 4 ans. L’ICSG a pour objectif de caractériser la diversité génétique du tournesol en séquençant de nouveaux génomes de tournesol sauvages. Ces ressources permettront de comprendre la structure des génomes et leur évolution ce qui facilitera l’utilisation des ressources génétiques de tournesols sauvages pour la sélection variétale.

logo ICSG
Mis à jour le 17/10/2019
Publié le 17/10/2019

Du bronze à l’or, un partenariat international historique

En 2012, un premier consortium sur la génomique du tournesol, coordonné par le laboratoire de Loren Rieseberg (UBC, Canada), a été créé entre l’University of Bristish Columbia (Canada), l’University of Georgia (USA) et l'Inra.

En 2015, la première séquence fragmentaire, dite de bronze du génome est produite.

Parallèlement, l'émergence de la technologie de séquençage de la société PacBio a permis de produire en 2017 une séquence de référence de bien meilleure qualité. Cela a été rendu possible grâce aux données issues du projet d’investissement d’avenir SUNRISE et du précédent consortium. Les équipes ont ainsi révélé l'orchestration des gènes impliqués dans la production d'huile et la floraison.

Cette collaboration historique constitue la pierre angulaire des ressources mises à disposition de la recherche et de la sélection génétique et génomique du tournesol.

L'objectif principal de ce nouveau consortium est de générer des données génomiques et des ressources génétiques, afin de permettre aux membres de l'ICSG d'avoir accès à un catalogue hautement amélioré et diversifié de gènes et d'allèles de tournesol pour la recherche et la sélection variétale.

Séquencer des tournesols sauvages pour une meilleure connaissance de la diversité de l’espèce

Aujourd’hui, l’ICSG réunit à nouveau les principaux acteurs internationaux de la communauté académique d’une part et les entreprises de biotechnologie et de semences d'autre part.

Il va permettre de :

  • séquencer et comparer les génomes de nouveaux génotypes de tournesol et d’espèces sauvages.
  • développer et caractériser les ressources génétiques
  • produire un atlas des gènes impliqués dans la réponse au stress
  • rendre les ressources génomiques disponibles grâce au développement et au soutien d'outils bioinformatiques.

Il sera alors possible de comparer les génomes et ainsi mettre en évidence les différences (notamment structurales) pour améliorer la résistance des variétés cultivées aux bioagresseurs ou aux stress abiotiques.

Un partenariat public-privé au service de la production de connaissances

Coordonné par l’Inra Occitanie-Toulouse, ce consortium réunit l’Inra, The University of Bristish Columbia (Canada), The University of Georgia (USA), the Galilee Research Institute (Israël) et 8 partenaires privés (Advanta, BASF, INNOLEA, Caussade Semences, KWS, Maïsadour semences, Corteva Agriscience, Syngenta).
D’une durée de 4 ans, ce consortium bénéficie d’un budget de 1,88 M€.

Le tournesol en chiffres :

  • Plus de 270 variétés répertoriées
  • 30 millions d’hectares dans le monde, avec 71% des surfaces en Europe
  • 700 000 hectares cultivés en France et environ 223 500 hectares en Occitanie
  • 52 000 gènes, soit un génome 20% plus grand que celui de l’Homme