Changer la représentation des élèves sur les métiers de la recherche grâce à un outil pédagogique innovant : la boîte à métiers !

Partir d’un objet et remonter toute la chaîne des métiers qui lui est associée, voici le principe de la « boîte à métiers ». Ce projet imaginé par Science Animation[1]et développé par l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, le CNRS, l’Inra, l’Inserm, et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, en partenariat avec la fondation C.Génial, a pour objectif de présenter la diversité des métiers de la recherche publique, trop peu connue des scolaires et de susciter de l’intérêt pour certaines filières, notamment pour les jeunes filles. Dès la rentrée 2017, une dizaine de classes d’Occitanie accueilleront cette nouvelle animation.

Comité scientifique de la boîte à métiers recherche publique. © Inra
Mis à jour le 20/11/2017
Publié le 07/06/2017

Un éventail de métiers beaucoup plus important qu'on ne l'imagine !

Les métiers rencontrés dans un laboratoire ou un organisme de recherche restent méconnus, se résumant pour les jeunes à quelques professions souvent stéréotypées. Ce sont pourtant près de 250 métiers[2] de la recherche et d’accompagnement de la recherche qui sont accessibles du CAP au doctorat comme par exemple : chercheur-e en astrophysique, chargé-e d’affaires juridiques, assistant-e en techniques des sciences des matériaux, ingénieur-e biologiste, gestionnaire des ressources humaines, etc.
A destination des scolaires de la 3ème à la terminale, la « Boîte à métiers – Recherche publique » constitue une animation originale où curiosité et ouverture d’esprit sont mêlées et qui devrait inspirer des vocations. Il s’agit aussi d’ouvrir aux jeunes filles, ne représentant en moyenne que 30% des étudiants en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques[3], de nouveaux horizons, et de combattre les idées reçues en proposant à chacun-e d’incarner ces métiers.

Des missions à accomplir en se glissant dans la peau de professionnel-le-s de la recherche

Animé par un-e médiateur-trice scientifique, l’atelier s’ouvre sur une présentation du métier de chercheur-e. Munis d’un cahier de laboratoire, les élèves découvrent son quotidien, la démarche scientifique, la diversité de ses activités et des métiers et compétences nécessaires pour mener à bien sa recherche. Six chef-fe-s d’équipe sont alors désigné-e-s (en respectant la parité) et devront accomplir une des missions (voir encadré) : « Identifier une molécule impliquée dans les maladies cardiovasculaires », « Déterminer si des traces de vies sont présentes sur Mars » ou encore « Trouver des solutions pour utiliser les déchets organiques comme source d'énergie ». Pour cela, ils devront s’entourer de professionnel-le-s incarné-e-s par les élèves. Entre jeu de rôle, anecdotes, explications scientifiques et questions/réponses, l’objectif est donc de plonger les jeunes dans le monde de la recherche et leur offrir de nouvelles clefs pour leur orientation. En complément de cette séance dans les classes, une deuxième rencontre pourra être organisée, cette fois-ci avec des scientifiques venant partager leur expérience et leur passion avec les élèves.

Télécharger le communiqué de presse

[1] Ce concept a été décliné sur quatre thématiques, santé, aéronautique, spatial et industries technologiques, qui ont été présentées auprès de 940 élèves de la région Occitanie

[2] Le référentiel des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche édité par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, décrit 242 métiers répartis dans 8 branches d’activité professionnelle. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid106062/referens-le-referentiel-2016-des-emplois-types-de-la-recherche-et-de-l-enseignement-superieur.html

[3] Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, édition 2016.

MISSION #5 GENETIQUE : Décrypter l’ADN du tournesol pour développer de nouvelles variétés adaptées au changement climatique

La génétique est une discipline de la biologie qui étudie l'hérédité des caractères des êtres vivants. Plus particulièrement, elle s'attache à comprendre la transmission au fil des générations des variations (mutations) des caractères. En effet, même si l'ADN de toutes les cellules d'un individu est identique, il présente des mutations lorsqu'on compare les individus d'une même espèce. Les recherches en génétique permettent de mieux comprendre le génome des êtres vivants et les facteurs génétiques qui contribuent par exemple à la santé ou à la maladie. Elles peuvent déboucher sur de nouvelles méthodes de prévention et de traitement de ces maladies.
En agriculture, depuis que l'homme est fermier, il a toujours cherché à tirer le meilleur des espèces qu'il consomme, de façon empirique. Aujourd'hui, la génétique permet d'améliorer de façon rationnelle les performances des plantes cultivées et des animaux d’élevage pour répondre aux problèmes de santé humaine et animale en respectant l'environnement. C'est un enjeu économique et social majeur pour assurer une production alimentaire suffisante et de qualité, en les adaptant notamment aux changements de l'environnement et de la démographie.

En savoir plus : http://www.sunrise-project.fr/

Contact et réservation de la boîte

Léna Robert
Chargée de projets de médiation scientifique
diffusion@science-animation.org