• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
photo 50 ans La Fage. © Inra

Les 50 ans de La Fage

50 ans de recherche sur les brebis au domaine Inra de La Fage

Le 17 septembre 2015, le domaine Inra de La Fage a fêté son cinquantième anniversaire, l'occasion de revenir sur les évolutions de la recherche, les principaux apports de l'Inra dans les disciplines mobilisées pour l'élevage des brebis et d'aborder les grands défis à relever pour répondre au mieux aux filières ovines lait et viande. Les 170 personnes accueillies dans la grange traditionnelle, dont la toiture a été entièrement restaurée grâce au concours de la Fondation du Patrimoine par le mécénat d'Agno'Interpro, ont pu apprécier la qualité de la collaboration avec la Confédération Générale des Producteurs de Lait et des Industriels de Roquefort qui fête ses 90 ans cette année.

Mis à jour le 06/10/2015
Publié le 14/09/2015
Mots-clés :

Comment améliorer la productivité des brebis et le travail de traite ?

L’histoire commence en 1964 sur le "chemin de la Russie" qui débouche, à plus de 800 m d’altitude, sur le Causse du Larzac. Les bâtiments de La Fage émergent dans le décor du plateau. Il s’agit pour l’Inra, la Confédération Générale des Producteurs de Lait et des Industriels du Roquefort et le Syndicat des Eleveurs de Brebis d’adopter le principe d’installation de la recherche en ces lieux. La préoccupation de l’époque est d’assurer la pérennité de la production de lait de brebis destiné au fameux fromage par l’amélioration de la productivité des troupeaux.

L’Inra acquiert le domaine en 1965 afin que des équipes de Toulouse1, Clermont-Ferrand et Montpellier testent différentes hypothèses d’amélioration génétique en relation avec les systèmes d’élevage des brebis laitières et puissent répondre à la question : comment améliorer la productivité des brebis et le travail de traite en particulier ?

La génétique et la physiologie animale

Pour répondre aux besoins d’amélioration génétique des brebis, l’Inra avec la profession crée à la fin des années 60 la lignée FSL (Frissonne, Sarde et Lacaune) mieux adaptée à l’élevage. Par la suite, le domaine oriente ses recherches sur la race Lacaune en optimisant la sélection laitière.

La profession prend alors une décision claire en matière de stratégie d’amélioration génétique des brebis laitières en France : elle sera désormais exclusivement fondée sur la sélection laitière des races locales dans leur bassin de production respectif.

Ces choix se révèlent judicieux puisqu’entre 1970 et 1990, la productivité laitière des brebis a été multipliée par 2 et la taille moyenne des troupeaux a triplé avec l’émergence d’éleveurs spécialisés dans le rayon de Roquefort.

Parallèlement, La Fage s’engage dans des activités de recherches sur la nutrition et l’alimentation des brebis laitières qui conditionnent largement la production et la composition du lait. Elle étudie également les aptitudes fromagères, la qualité hygiénique du lait et la conception d’automatismes en élevage pour les troupeaux de grande taille (identification électronique de brebis, automate de contrôle laitier, portillons électroniques, distributeurs automatiques).

L’ensemble de ces travaux sont pris en compte dans la démarche innovante de sélection divergente2 initiée depuis les années 90.

L’impact de la génétique et de la physiologie animale ont été déterminants dans la mécanisation de la traite, la maîtrise de la reproduction et la sélection laitière de la race Lacaune. Aujourd’hui, la sélection génomique a fait son entrée dans les schémas de sélection de la Lacaune laitière.

 

Le Causse du Larzac

En collaboration avec l’Inra de Montpellier3 et le CNRS4, le paysage du Causse fait l’objet de travaux approfondis sur le sol et la végétation en étudiant les réponses sur la productivité du parcours.

Il est également utilisé pour étudier le comportement des brebis avec leurs congénères et avec l'homme et  la rusticité de la race Romane élevée en plein air intégral (comportement, qualité des toisons des agneaux, aptitude à constituer et mobiliser des réserves).

Les travaux pluridisciplinaires menés  sur les ovins depuis un demi-siècle au domaine de La Fage ont permis d’augmenter la production annuelle de lait de brebis de 60 litres par brebis en 1965 à 292 litres en 2014, en 168 jours de traite5. Aujourd'hui, 95% des éleveurs ont recours à la traite mécanique.

 

Les grands défis de demain pour la recherche

Les contextes environnementaux, sociétaux et économiques changent : réchauffement climatique, augmentation du coût des intrants, attente sociétale en matière de bien-être animal, amélioration du temps de travail et des conditions pour les exploitants agricoles. Ainsi, aujourd’hui la brebis doit être robuste et s’adapter aux changements tout en maintenant son potentiel de production.

Les nouveaux défis de la recherche en agriculture, et plus particulièrement des productions animales, sont de produire en préservant l’environnement et les ressources naturelles, en améliorant l’autonomie des exploitations ou des territoires et en valorisant les savoir-faire locaux.

Le domaine de La Fage en chiffres :

  • Une équipe de 14 personnes
  • 280 ha de parcours
  • 97 ha de terres arables (céréales-praires temporaires)
  • 5500 m2 de bâtiments
  • 580 brebis lait de race Lacaune, 180 agnelles, 200 agneaux
  • 250 brebis viande de race Romane, 90 agnelles

 

1 Equipes de l’Unité Mixte de Recherche GenPhySE, Génétique, Physiologie et Systèmes d’Elevage (Inra, INP-ENSAT, INP-ENVT)
2 Sélection divergente : c’est la sélection de phénotypes (ensemble de caractères observables d’un individu) opposés dans une population.
3 Unité Mixte de Recherche SELMET SYstème d'Elevage Méditerranéens et tropicaux (Inra-Supagro Florac- CIRAD)
4 CEFE Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CNRS)
5 Données 2013 et 2014 de l'Institut de l'Elevage (Idele)

Téléchargez le communiqué de presse complet

Domaine Inra de la Fage : 50 ans de référence pour l'élevage ovin

© La Volonté Paysanne