• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Les Unités Expérimentales du centre INRA Toulouse - Auzeville

Les unités expérimentales

Le Pôle Expérimental Cunicole de Toulouse (PECTOUL)

PECTOUL est une unité expérimentale pluridépartementale, GA et PHASE, le Département pilote étant le Département de Génétique Animale.

Elle est basée sur deux sites : le site d’Auzeville et celui de Langlade.

Mis à jour le 12/11/2015
Publié le 14/11/2013

Issue du regroupement de l’Unité Expérimentale Lapin de Pompertuzat (SELAP), des Installations Expérimentales SAGA et de l’unité de recherche Tissus Animaux Nutrition Digestion Ecosystème Métabolisme (TANDEM) d’Auzeville, l’unité expérimentale PECTOUL est créée le 1er Janvier 2010. Historiquement, l'unité SELAP a servi de noyau de sélection pour les principaux sélectionneurs français. Cette activité a été progressivement réduite et s'est arrêtée fin 2007.

Basée sur le site d’Auzeville et de Pompertuzat (domaine de Langlade), les activités du pôle sur la sélection de lignées du lapin reposent sur les activités suivantes :

- Analyse de la variabilité génétique des caractères phénotypiques
- Méthodes de gestion des populations
- Relations nutrition-santé digestive
- Orientation du microbiote
- Systèmes d’élevage innovants

Des travaux de sélection sur deux souches d’interêt :
La souche INRA 1777 créée en 2002 bénéficiant d’un caractère de haute prolificité de la taille des portées (moyenne de 10,4 nés vivants), sélectionnée sur les effets directs et maternels du poids au sevrage. Poids moyen à la naissance : 80g - Gain Moyen Quotidien : 33,5g. La souche INRA 1001, sélectionnée sur l’efficacité alimentaire, proposant deux lignées respectivement sélectionnée sur la consommation résiduelle en alimentation libre (jusqu'à satiété) et sur la croissance en alimentation restreinte. Gain Moyen Quotidien : 52g - Cycle de reproduction : 42 jours. L’unité contribue également à la sélection d’animaux plus résistants aux maladies, comme la pasteurellose, mais aussi aux troubles digestifs dans les élevages n’utilisant pas d’antibiotique.

Des travaux autour de la relation nutrition/santé :
Le contexte de l'entérocolite épizootique du lapin (ERE) et la haute sensibilité aux troubles digestifs autour de sevrage sont des freins à la rentabilité économique et à l'acceptabilité sociale de la production de viande de lapin. L'amélioration de performances de l'élevage de lapins dépend maintenant de la gestion de la santé dans un contexte d'utilisation des antibiotiques limitée. Afin d'amélioration la robustesse des lapereaux, notre objectif est de proposer des stratégies alimentaires permettant de sécuriser le passage du sevrage. Ces stratégies concernent composition nutritionnelle et le moment et le mode de distribution, dont l’alimentation séparée avant le sevrage et la mise à disposition précoce de l’aliment. Afin de mieux comprendre l'interaction entre la nutrition et la santé, l'impact de ses stratégies est évalué sur le développement du microbiote et du système immunitaire digestif qui sont des acteurs majeurs de la santé digestive.
Des travaux pour des systèmes d’élevage innovants :
Les travaux de conception de systèmes d’élevage innovants doivent être adossés à une évaluation multicritère de la durabilité pour évaluer les conséquences des innovations sur les performances économiques environnementales et sociales des systèmes d’élevage. Les travaux menés par l’INRA ont pour objectif de développer, tester et valider de nouveaux outils d’évaluation multicritère ou de nouveaux indicateurs (IFTA, CAH…).

Les chiffres clés

  • Une équipe de 13 personnes
  • 6700 m² sur 2 sites (Langlade et Auzeville) et 7 bâtiments (33 cellules d’élevage)
  • 2 laboratoires pour l’observation et la sélection de la semence, 1 abattoir, 1 salle de prélèvements et 1 atelier de fabrication d’aliments expérimentaux.
  • 1900 cages mère, 1400 cages collectives, 830 cages individuelles, 250 cages mâles, 100 cages à métabolisme
  • 30 à 40 000 animaux élevés par an
  • Un programme d’1,8 Million d’euros pour la modernisation de l’outil, sur la période 2012-2018.

Partenariats & projets collaboratifs

PECTOUL  participe au projet national CUNIPALM sur l’évaluation de la durabilité et innovations pour des ateliers d’élevage CUNIcoles et PALMipèdes gras plus durables.

Le pôle travaille également en collaboration avec la Plate-Forme d'Infectiologie Expérimentale (PFIE) située sur le Centre de recherches Inra de Tours, l’unité expérimentale UCEA Unité Commune d'Expérimentation Animale de Jouy en Josas et l’unité mixte de recherche Sol Agro et hydrosystème Spatialisation (UMR SAS)  implantée à Rennes.

Au centre de Toulouse, PECTOUL  collabore  avec  la Station d’Amélioration Génétique des Animaux (SAGA), et l’unité Tissus Animaux Nutrition Digestion Ecosystème Métabolisme (TANDEM).

Contacts

Site d'Auzeville

24 chemin de Borde Rouge - Auzeville
CS 52627
31326 CASTANET TOLOSAN CEDEX

Site de Pompertuzat

INRA Domaine de Langlade
5 chemin de Langlade
31450 POMPERTUZAT

Directeur : Elodie Balmisse
elodie.balmisse@toulouse.inra.fr

Contact : Catherine Baillot
Catherine.Baillot@toulouse.inra.fr