• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Unités centre Toulouse Midi-Pyrènees. © INRA

Les unités

Institut de Recherche sur la Santé Digestive (IRSD)

Créé au 1er janvier 2016, cet institut toulousain regroupe les forces de l’Inra, de l’INP-ENVT, de l’Inserm et de l’université Toulouse 3 Paul Sabatier.
Rattaché au département scientifique MIcrobiologie et Chaîne Alimentaire (MICA), il est l’unique institut de recherche en France sur les maladies digestives.

L’IRSD est situé sur le site du CHU de Toulouse-Purpan.

Organoide IRSD tlse. © Inra
Mis à jour le 29/08/2016
Publié le 14/11/2013
Mots-clés :

Toulouse a été une ville très réputée pour son école de physiologie digestive il y a vingt ou trente ans. Dans les dernières années, les équipes travaillant sur le système digestif ont connu un regain de vitalité avec l’arrivée de nombreux jeunes chercheurs s’intéressant au sujet avec des approches différentes liées à leur spécialité en microbiologie, pharmacologie, physiologie, génétique… L'IRSD offre à ces expertises la possibilité de travailler en synergie dans un même institut.

 

Les domaines de compétences de l’IRSD sont la physiologie et la physiopathologie du tube digestif et couvrent les fonctions principales de l’intestin et du foie. Les membres de l’IRSD disposent d’une expertise considérable dans les domaines de l’absorption des nutriments (glucose, lipides, fer), du métabolisme du foie, de la physiopathologie intestinale, de la physiologie du microbiote (composition, pathogénie, commensalisme), des interactions hôtes-microbes, et dans les fonctions nutritives, immunologiques et nociceptives de l’intestin.

 

Les travaux de l’institut s’organisent autour de 4 équipes thématiques :

  • Physiopathologie de l’épithélium intestinal
  • Pathogénie et Commensalisme des entérobactéries
  • Interactions intestinales neuro-immunes
  • Génétique et régulation du métabolisme du fer.

Deux plateformes technologiques sont proposées dans le projet d’institut : une plateforme Organoides et une plateforme Chirurgie Expérimentale et modèles digestifs. Ces plateformes seront à terme en mesure de proposer leur savoir-faire technologique à la communauté scientifique.

 

L’institut réunit près d’une centaine de personnes, dont 36 chercheurs et enseignants-chercheurs statutaires issus de l’Inra, de l’Inserm, de l’UPS, et de l’ENVT. L’IRSD compte parmi ses membres 9 cliniciens des hôpitaux et 4 cliniciens vétérinaires. Il accueille régulièrement des collaborateurs étrangers et stagiaires.

 

Partenariats & projets collaboratifs

Les équipes entretiennent des partenariats académiques avec plusieurs laboratoires de recherche toulousains (ITAV, Toxalim,…), ainsi qu’avec des universités françaises (Tours, Nantes, Lille), européennes (Barcelona, Leuven, King’s college, Bologna) et internationales (Melbourne, Calgary, Toronto, Gainesville, etc.). Elles participent ou coordonnent plusieurs projets financés par l’Union européenne.

 

L’institut collabore avec des partenaires industriels majeurs tels que  Pierre Fabre ou Glaxo-Smith-Kline, ainsi qu’avec certaines PME de la région toulousaine : Urosphère, Vectalys, Ambiotis, etc.….

La coordination du programme ANINFIMIP (Investissements d’Avenir Equipex) dont le but est la mise en place d’une plateforme d’imagerie et d’exploration fonctionnelle du petit animal pour analyser les mécanismes de maladies infectieuses telles la diarrhée, les maladies respiratoires (tuberculose), neurologiques (encéphalite), les MST et les maladies nosocomiales

Direction Nathalie VERGNOLLE et Eric OSWALD
Personne à contacter Hélène WEISS
 

Tél. +33(0)5 62 74 45 03

helene.weiss@inserm.fr

En savoir plus

Prix Coup d’Elan

Le Prix Coup d’Elan pour la recherche française est décerné chaque année à 4 laboratoires français par le Conseil Scientifique de la Fondation Bettencourt Schueller. Ce prix a pour but d’optimiser les infrastructures et les conditions de travail des chercheurs.

Nathalie Vergnolle a reçu cette année le Prix Coup d’Elan pour soutenir son projet d’utilisation d’organoïdes, ou « mini colons », dans la compréhension des mécanismes physiopathologiques associés aux pathologies intestinales inflammatoires. Ce prix devrait permettre à l’institut d’acquérir un équipement qui permettra l’analyse à haut-débit d’images de mini-colons en 3-dimensions.