• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Unités centre Toulouse Midi-Pyrènees. © INRA

Les unités

Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage (CEFS)

L'unité INRA "Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage" (CEFS) existe depuis le 1er janvier 2004, peu avant son rattachement au nouveau département "Ecologie des Forêts, Prairies et milieux Aquatiques". Elle s'inscrit dans la continuité de l'Institut de Recherche sur les Grands Mammifères (IRGM), groupement d’intérêt scientifique avec l'Université Paul Sabatier de Toulouse.

Visuel rubrique unité  CEFS  - INRA Toulouse. © INRA
Mis à jour le 29/08/2016
Publié le 14/11/2013
Mots-clés :

Les objectifs scientifiques du CEFS sont de comprendre le fonctionnement des populations d’ongulés sauvages en relation avec les facteurs environnementaux et les activités humaines, et proposer des outils de suivi et de gestion des populations, de leurs impacts sur les productions agricoles et sylvicoles ainsi que sur la biodiversité.

Regroupant des chercheurs aux compétences développées dans plusieurs disciplines complémentaires (biologie du comportement, écologie et génétique des populations, biologie de la conservation…), l’unité s'est donné pour but de déterminer le rôle de l'individu dans le fonctionnement de la population et l'influence de la population sur le développement individuel. Les travaux entrepris ont pour objectif de comprendre les déterminants de l'organisation et du fonctionnement d’ensembles d'individus en interaction entre eux et avec leur environnement.

Si l'éventail des thématiques abordées par le laboratoire est relativement large, le CEFS centre ses travaux sur une espèce, le Chevreuil, pour des études en nature et en enclos, tout en initiant ou participant à des études sur d'autres espèces d'ongulés autochtones, tels que le Cerf élaphe, le Bouquetin des Alpes, l'Isard, le Mouflon de Corse, ou exotiques comme le Beira, le Cerf à queue noire ou le Buffle. D’autres espèces forestières comme les Rongeurs, les Chiroptères ou les Passereaux complètent l’éventail des modèles étudiés en fonction des collaborations.

Le CEFS compte 21 scientifiques et techniciens, et accueille chaque année 3-5 doctorants et une dizaine d'étudiants (du BTSA au Master).

L'unité mène ses recherches sur deux sites principaux :

- le site LTSER des vallons et coteaux de Gascogne, où est étudiée depuis une quinzaine d’années une population de chevreuils libre et chassée dans un agrosystème typique du sud de la France ; des animaux y sont équipés de récepteurs GPS pour analyser et modéliser leur occupation de l’espace et utilisation de l’habitat,

- l'installation expérimentale de Gardouch, unique en Europe, qui héberge des chevreuils apprivoisés pour des expérimentations (test de dispositifs télémétriques, comportement alimentaire,…) nécessitant d’approcher les animaux ou de les observer en continu.

 

PARTENARIATS ET PROJETS COLLABORATIFS

 

En plus du développement de techniques nouvelles (marqueurs génétiques avec le Centre de Biologie pour la Gestion des Population, à Montpellier) ou du travail sur un même site avec l'unité Dynamique Forestière de l'Espace Rural et le Centre d'Etudes Spatiales de la BIOsphère, des collaborations scientifiques sont établies pour tester des hypothèses de travail sur plusieurs populations, voire différentes espèces. Autour de l’étude des parasites et pathogènes du Chevreuil, voire d’autres espèces, se sont récemment rassemblés des groupes de plusieurs organismes et différentes localisations géographiques (Ecoles Nationales Vétérinaires de Toulouse, Nantes, Lyon, Laboratoire Ecobio de Rennes, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail...).

 

A travers la co-animation des Groupe Chevreuil, Groupe Cerf et Groupe sur les Indicateurs de Changement Ecologique des collaborations étroites sont entretenues avec le Centre National de la Recherche Scientifique, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, l'Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l'Environnement et l'Agriculture, mais aussi l’Office National des Forêts et la Fédération Nationale des Chasseurs. L’unité travaille ponctuellement avec la Fédération Régionale des Chasseurs de Midi-Pyrénées, la Fédération des Chasseurs de Haute Garonne et d’autres fédérations départementales.

 

Dans le cadre du Groupe Chevreuil Européen des échanges sont développés entre autres avec la Suède, l’Italie et la Norvège. La mise en commun des données dans la groupe de travail (et base de données) EURODEER présente une valeur ajoutée considérable. Elle permet notamment des études comparatives entre populations de Chevreuil vivant dans des milieux relativement différents, du maquis méditerranéen aux forêts boréales, en passant par les grandes plaines cultivées du nord de l'Europe.

Des collaborations plus ou moins régulières avec le Parc National des Pyrénées, le Parc National de la Vanoise ou le Parc National des Cévennes permettent par ailleurs de récolter des données sur d'autres populations, d'autres espèces, dans une dimension comparative.

 

Pour illustrer les actions pilotées par le CEFS : un exemple de résultats de recherches, qui met en exergue l'inadaptation du chevreuil à son environnement du fait du réchauffement climatique.

En savoir plus

Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage (CEFS)

> Site internet